Les tapis Hatchlous: une riche histoire

Photo représentant un tapis Hatchlou disponible chez Tapis d'Orient Bashir.
Voici un exemple d’un tapis Hatchlou avec une couleur de fond hors commun, soit du bleue cobalt foncé, souvent perçue comme étant de couleur noire. Il est complémenté dans ses détails avec des reflets de rouge, d’ivoire et de rose. Grâce à cette combinaison de couleurs, il s’agit d’une perle rare parmi les Hatchlous.
Tapis de la Collection de tapis tribaux. Photo tirée de la collection de Tapis d’Orient Bashir.

Les tapis Hatchlous originalement ont été produits dans les régions montagneuses de l’Asie centrale entre la Mongolie et l’Afghanistan. Ce sont des tapis en laine noués à la main avec des noeuds Senneh, soit des doubles noeuds aussi communément appelés des noeuds persan. Ces types de noeuds de haute qualité sont l’une des raisons pour laquelle ils sont des tapis très durables avec une longue duré de vie.

Plus que les noeuds, c’est son design très particulier formant une croix central qui lui vaut sa renommée mondiale. Son motif particulier fait partie de la famille de tapis Enssi (Engsi). C’est un terme désignant les tapis qui sont traditionnellement utilisés en tant qu’ornements sur les portes d’entrées ou sur les murs des tentes par les nomades Turkmènes d’Asie centrale. On associe donc ces tapis Enssi au design Hatchlou, qui lui a diverses variations telles que le Hatchlou Afghan, le Hatchlou Balouch et le Hatchlou Pakistanais.

On remarque ci-dessus les nombreuses combinaisons de couleurs possibles pour ces tapis, que ce soit des teintes de rouge ou de bleu et même des tons de terre. Ceux-ci font partie de notre Collection de tapis tribaux. Photos tirées de la collection de Tapis d’Orient Bashir.

Curieusement, le mot Hatchli signifie une « croix » en langue arménienne. C’est pour cela que certains savants sont convaincus que le motif d’une large croix posé par-dessus le tapis Hatchlou est plutôt d’origine arménienne et non turkmène. Leur réelle origine est sujet d’un débat disputé jusqu’à ce jour.

Sur les Hatchlou plus modernes, on retrouve la texture de leur pile lisse et fine. Leurs laines sont coupées à un niveau modéré – ni exceptionnellement court ni long. De plus, nous observons aussi un deuxième motif sur les deux bouts, représentant la tribu à laquelle appartient l’artisan.

De nos jours, ces tapis sont faits, pour la plupart, en Afghanistan et au Pakistan. En Afghanistan il y a des tapis Hatchlous appelé Kabul Silk Hatchlu. Ce type de tapis est composé de soie afghane et de laine reposant sur une base en soie. En général, ils ont des piles courtes et sont plus minces que les tapis Hatchlous de d’autres régions, en raison de la base en soie et du pourcentage élevé de soie dans la pile. Néanmoins, ce sont aussi des pièces très durables.

Les Hatchlous pakistanais ont presque tous le même design. Ils sont populaires en Amérique du Nord. Leur laine douce et lisse, est fait d’un mélange de laine néo-zélandaise et pakistanaise, sur une base de coton. La technique de tissage employé est celle du « nœud singulier ». Leur pile (poil du tapis) est généralement plus longue que celle des Hatchlous afghans. En effet, la texture de leur pile et leur technique de tissage sont les mêmes que ceux de Bokharas pakistanais. Les Hatchlous pakistanais sont disponibles dans une grande variété de couleurs et de tailles. Ils présentent un éclat attrayant, résultant des techniques de lavage spécialisées et des colorants végétaux naturels utilisés pour les créer.

Une symbolique cachée

Photo représentant une vue de proche du tapis Hatchlou ci-dessus.
Un aperçu des motifs en forme de bougeoir.
Photo tirée de la collection Tapis d’Orient Bashir





Quant à l’utilité du tapis, certains spécialistes croient que ces tapis ont été accrochés sur les portes d’entrées des tribus nomades en tant que symbole de bienvenue aux visiteurs étrangers.

Aussi, certaines autorités associent le fondement de ce design comme étant une réflection de la forme des tentes elles-mêmes, symbolisant la sécurité et la maison.

D’autres vendeurs, de leur part, croient que son design à sens unique trouve ses racines dans le motif des tapis de prière traditionnels et que les cadrants représentent les jardins du passage au paradis islamique, lui accordant ainsi une signification religieuse. Cette théorie correspond bien avec la symbolique des couleurs utilisées dans la création des tapis.

Un tapis Tekke sur lequel on peut voir le mihrab.
Ce Tekke présente clairement le mihrab au sommet de ses cadrants. Il est donc comprenable si un individu se trompe en le voyant puisqu’il présente assez de similitudes aux Hatchlous! Photo tirée de Dorotheum.

Concernant l’aspect religieux, il existe un tapis de prière que l’on nomme «Tekke» noué à la main par les tisseurs Turkomans. Ce dernier est mieux connu sous le nom de tapis «Princesse Boukhara». Il est souvent confus par les occidentaux comme étant un tapis Hatchlou car il possède aussi les quatres cadrants et des couleurs parfois identique à celle d’un Hatchlou tradtionnel. Cependant, on distingue le tapis Hatchlou du tapis de prière Tekke grâce à la présence d’un symbole islamique important, soit celui du mihrab. Le mihrab est une niche ornementale qui indique la qibla, c’est-à-dire la direction de la kaaba à la Mecque vers où se tournent les musulmans pendant la prière. Un vrai Hatchlou n’aura jamais le motif du mihrab.

Néamoins, deux caractéristiques similaires se retrouvent parmi tous: ils sont divisés en quatre cadrants symétriques, dont chacune possède plusieurs rangées de motifs en forme de « Y » ou de bougeoir. Aussi, leur pile, soit le matériau utilisé dans leur construction, est entièrement composé de laine.

L’allégorie des couleurs

Photo représentant un tapis Hatchlou plus long.
Un tapis Hatchlou de couleur bourgogne en forme de tapis runner. On observe le motif Engsi qui est commun sur les ornements des tentes Turkomanes. Le motif est constitué de quatre cadrants ainsi qu’un espace entre chacun qui forme une croix. Ce tapis fait partie de la Collection de tapis tribaux.
Photo tirée de la collection de Tapis d’Orient Bashir.

Comme vous avez pu constater dans notre publication Un tapis, deux tons, les couleurs d’un tapis donnent beaucoup de signifiance à celui-ci. Voilà donc pourquoi il faut s’éduquer à ce sujet afin de comprendre le raisonnement derrière le choix des couleurs du tapis. De plus, le symbolisme des couleurs varient selon les cultures; l’amateur de tapis est donc mené à apprendre un large éventail d’information pour un aspect qui paraît assez simple, soit la couleur.

Pour ce qui est des Hatchlous, on retrouve majoritairement ces tapis dans des couleurs chaudes tel que le bourgogne mais, rarement, un Hatchlou peut naître dans un bleu foncé avec des luxueux reflets rouges. Étant donné que ceux-ci sont d’origine turkmène, la couleur rouge, faite avec des teintures végétales, est un symbole de la joie, de la beauté et du courage; logiquement, ceci sont tous des caractéristiques désirables pour un domicile. Quant aux traits bleus, ils représentent la force et la vie après la mort.

La tradition persiste

De nos jours, on n’est pas obligé de faire partie d’une tribu nomade afin d’apprécier un magnifique tapis Hatchlou. Ces tapis sont faits à la main par des tisserands experts selon des techniques séculaires. Leur qualité et leur symbolisme ne se retrouvent pas dans une version fait machine. Ces derniers font partie d’une tradition importante qui se perd complètement lorsqu’une machine rentre en jeu. C’est l’une des raisons pour laquelle le Turkménistan possède un Ministère des tapis ! Le Hatchlou saura amener un côté non seulement haut de gamme chez vous mais, en même temps, chaleureux pour toute visite dans votre domicile; il reste juste de choisir s’il est mieux de l’accrocher sur un mur ou de le placer devant la porte d’entrée.

Share